lunes, 28 de mayo de 2012

Dette Publique, Evasion Fiscale et Taxes et en Europe : des chiffres à vomir..



Comment peut on accuser les retraités et les chômeurs de ‘profiter du système’ et prétendre encore ignorer que nos fameuses dettes publiques sont, en premier lieu, la conséquence de réductions massives des taxes obtenues depuis plusieurs décennies par les plus riches et les multinationales.  Alors que les même reviennent ensuite prêter les même sommes, aux même états à intérêts exorbitants.. gonflant encore davantage la dette publique ..
.. ou les ‘investir’ dans les caisses noires des partis politiques pour obtenir le camouflage généralisé par lequel d’autres sommes viennent à s’échapper vers les paradis fiscaux, pour être ‘réinvesties’ dans les fonds spéculatifs, d’ou ils reviennent pour un nouveau tour de gonflage de dette publique et de corruption politique ..  


Et à ce sujet, Eurostat vient de publier son rapport annuel sur les Taxes en Europe, qui contient ce graphique à vomir sur les taxes des multinationales.

 Voici le commentaire du bloggeur Wolf Richer sur son site ‘testoterone Pit’
[] what the heck happened in Europe? Eurostat has just published Taxation Trends in the European Union, and it leaves reasonable people gasping. The good news first—or the bad news, depending on the point of view....There has been a phenomenal race to the bottom in corporate income taxes across the 27-member European Union, as countries compete to attract businesses. While the debt crisis has slowed this trend, it has not stopped it.

Dans son rapport a l’Alliance Progressiste Des Socialistes & Démocrates au Parlement européen, Richard Murphy (Directeur, Tax Research UK) estime à 860 milliards d’euros par an le volume des pertes de revenus que représente l’évasion fiscale pour les états européens -  plus que la totalité des budgets des soins de santé de l'UE. Il estime aussi que l’arrêt de cette évasion fiscale permettrait d’effacer la totalité des déficits publiques de l’UE en seulement 8,8 années.
 

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada